© Danny Willems

Pitcho Womba Konga

Leestijd 3 — 6 minuten

L’Expérience Pi – Pitcho Womba Konga

De theaters blijven gesloten, dus vroeg Etcetera enkele kunstenaars om een artistieke bijdrage: een blik in hun studio, een inkijk in hun onderzoek of work in progress.

 

Rapper, producer, acteur en theatermaker Pitcho Womba Konga creëerde samen met de muzikanten van Musiques Nouvelles de poëtische muziekvoorstelling L’Expérience Pi. Pitcho haalde zijn inspiratie uit het getal pi, om met muziek en poëzie te vertellen over onze gelaagde, bewegelijke identiteit: soms herkenbaar, soms ongrijpbaar. Hij deelt met Etcetera Réparer les vivant, een nummer dat hij schreef voor de voorstelling. 

 

 

Réparer les vivants

 

L’erreur est humaine de même que l’horreur

La tumeur gangrenait depuis longtemps

Les rumeurs ont pourries la vérité

Nos rues meurent à petit feu

Seul lumière un petit peu perceptible par ceux qui nous dirigent et nous érigent des murs d’incompréhension

Dieu merci on n’est pas Les seuls à tenir bon

d’un bout à l’autre on crée des ponts

Survivant on tient débout, sur du vent

Sentiment d’apesanteur

Un peu sans peur parce que le pire vient d’arriver

On s’autorise de rêver mais pas trop fort

Pas trop fort

Le monstre dort

Le monstre dort

Il faut veiller à ce qu’il ne se réveille plus

Peut-être qu’il fait semblant, qu’ il nous épie

Qu’il nous attend, tapie l’ombre de nos bassesses

Cherchant le moindre endroit où le bât blesse

Pourtant Tout semblait sous contrôle

Tous semblaient connaître parfaitement leurs rôles

Les riches, les pauvres

les opposants, les apôtres

Nous, les autres

les invitées, les hôtes

Fallait surtout éviter que l’ordre s’inverse

Continuer à faire en sorte que ça viennent d’en haut comme des averses

Finalement Tout se joue entre le privilège du préau ou être trempé

Le privilège du très haut ou être condamné

Le privilège du préau ou être trempé

Trempé

Trempé jusqu’à s’y noyer

Merde

Merde Méditerranée

C’est étrange comme le même poison

A transformé les fruits étranges en poisson

Tous atteint d’amnésie

Les citoyens d’aujourd’hui oublie qu’ils ont été les migrants d’hier.

On peut voler la richesse du monde mais on ne peut pas accueillir sa misère

Le monstre l’entend et se moque de nos slogans

Il ricane, il ricane une allumette sous la jerrican

Il nous regarde, nous regarde comme une mise garde

Car le pire est avenir mais le meilleur aussi

Tout dépend si on se lève, si on se bouge ou si on reste assis

Tout dépend si on réussit à passer au-dessus de nos égos,

Si on réussit à briser les murs de nos ghettos

Entre le cauchemar de Darwine

Et le feu de Baldwine

La machine s’est enrayée

L’humanité s’est emmêlée sur la toile

Et l’araignée s’en réjoui

Soyons honnête

Qui d’autre que nous a nourris le ventre de la bête

A chaque tragédie, je ne peux m’empêcher de me demander

Qui va t-on montrer du doigts?

Qui doit dire pardon à qui?

Qui doit s’excuser de quoi?

Qui va devoir payer le prix?

Quelle communauté va endosser la culpabilité?

Qui va t-on menotter?

A qui va t-on ôter la vie pour des délits de faciès?

Quels sont les fantômes qui vont venir nous hanter?

Quelles sont les cadavres qu’on va trouver cachés dans nos placards?

Les pages d’histoire qu’on va devoir re-écrire?

Quelles sont les statues qu’on va devoir faire tomber?

Les statistiques qu’on va devoir faire mentir?

Ou sont les lieux de débats

Les lieux de conversations

Quand allons nous nous prendre dans les bras

A quand la réconciliations

Pour quoi, pour quelle raison,

Tant de question et peu de réponses

Sur ces funèbres oraisons

On commémore, se remémore nos morts

Mais de quelle manière, de quelle manière réparer nos vivants

 

Je leest onze artikels gratis omdat we geloven in vrije, kwalitatieve, inclusieve kunstkritiek. Als we dat willen blijven bieden in de toekomst, hebben we ook jouw steun nodig! Steun Etcetera.

kunstenaarsbijdrage
Leestijd 3 — 6 minuten

#160

15.03.2020

14.05.2020

Pitcho Womba Konga